RetourRetour à l'accueilCourrier standard et électroniqueExprimez-vous et partagez vos expériencesContenu détaillé du site Réhab Info.Bibliographie, références, matériel psycho-éducatif, etc.

Espace.gif (825 octets)

Espace.gif (825 octets)


Vivre avec la schizophrénie

La maladie


Comment s’assurer du diagnostic de schizophrénie ?

La schizophrénie doit être diagnostiquée rapidement car au plus vite le traitement est instauré au plus de chance il a d’être efficace.

Cependant, la schizophrénie peut être difficile à diagnostiquer à ses débuts. Le début n’est pas toujours spectaculaire avec des symptômes classiques comme des idées délirantes, des hallucinations auditives et des troubles du comportements qui évoquent d’emblée le diagnostic de schizophrénie. Le début peut être insidieux et progressif. Des signes possibles d’une schizophrénie débutante peuvent être :

  • retrait constant des relations sociales
  • comportement bizarre et inexpliqué
  • présence de perceptions sensorielles inhabituelles
  • déclin important et persistant des performances intellectuelles
  • intérêt inhabituel et excessif envers la religion ou les sciences occultes

Dans tous les cas il faut faire appel à un spécialiste pour poser le diagnostic de schizophrénie. Ce dernier recherchera avec soins l’ensemble des critères qui permettent de poser le diagnostic de schizophrénie en interrogeant le patient et sa famille et en observant les comportements du patient.

Quelle est la fréquence de la maladie et à quel âge apparaît-elle ?

Sur base des études réalisées un peu partout dans le monde, il semble qu’une personne sur 100 souffre de schizophrénie.

La maladie apparaît généralement au début de l’âge adulte. Chez l’homme l’âge moyen d’apparition des symptômes est d’environ 23 ans, bien que de nombreux cas se manifestent à la fin de l’adolescence. Chez la femme, les symptômes apparaissent vers l’âge de 27 ans en moyenne.

Quelles en sont les causes ?

Bon nombre des premières théories sur les causes de la schizophrénie sont maintenant discréditées. Ces théories insinuaient souvent que certains dysfonctionnement à l’intérieur des familles, comme la présence d’une " mère schizophrénigène " ou une " communication à double lien " pouvaient directement provoquer l’apparition de la schizophrénie chez un des membres de la famille. Des études approfondies ont prouvé que ces théories étaient fausses.

Aujourd’hui, la recherche distingue des facteurs prédisposants et des facteurs déclenchants dans l’apparition de la schizophrénie chez un individu.

  • Les facteurs prédisposants

Tout d’abord il existe une prédisposition génétique dans certaines formes de schizophrénie. Le tableau 1 montre le risque héréditaire en fonction du lien génétique avec une personne schizophrène. L’hérédité cependant n’est qu’un facteur prédisposant parmi d’autres causes possibles. La maladie peut survenir même lorsqu’il n’existe aucun autre cas connu dans la famille; par ailleurs, le fait d’avoir plusieurs parents schizophrènes ne signifie pas pour autant qu’une personne développera la maladie.

Tableau 1

D’autres causes de la schizophrénie seraient d’origine biologique sans qu’elles soient héréditaires. Certaines données semblent indiquer que des facteurs intra-utérins ou périnataux, comme des infections virales ou des complications lors de l’accouchement, pourraient accroître le risque que le fœtus développe un jour une schizophrénie. Ces facteurs sont reconnus pour perturber les fonctions cérébrales normales parce qu’ils peuvent nuire au processus de développement neurologique.

Barre de navigation

Bordure Grenat


Prelapse est publié sur Réhab InfoWeb avec l'autorisation de Lundbeck Belgique