cfnb (13499 octets)
Home ¦ Le centre ¦ Interview ¦ Annonces ¦ Livres ¦ Links ¦ Historique ¦ Amazones ¦ Chat ¦ @cfnb

1968

La France adopte la classification de l'OMS déclarant l'homosexualité maladie mentale.

Mai 1968

Les femmes et les homos ne pourront prendre les armes qu'après cette période de trouble. Le spontané Comité d'Action Pédérastique Révolutionnaire de la Sorbonne, verra son affiche arrachée de la cour de l'université quelques minutes après l'avoir collée, sous prétexte qu'elle salissait la noble cause de la révolution. Mais mai 1968 eu également des effets libérateurs sur le plan des moeurs.

 

1969-1970

Les premiers groupes de femmes commencent à s'organiser. En 1970 elles sont des milliers à défiler dans les rues de Paris pour revendiquer la liberté de dire NON.

Non aux grossesses qui s'enchaînent, non à une sexualité normative et imposée.

Les homosexuel-les ne tardent pas à trouver des similitudes de revendications, leur combat est bien proche. Dès février 1971, les homosexuel-les qui veulent s'organiser rejoignent le mouvement des femmes. Quelques jours après avoir saboté un meeting contre l'avortement le 10 mars 1971, un groupe informel constituté de féministes, de lesbiennes et d'homosexuels prend d'assaut la salle Pleyel pour interrompre l'émission de Ménie Grégoire consacrée au thème de "l'homosexualité ce douloureux problème".

Après cette intervention "coup de poing", le groupe devient le Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire, le FHAR. Dès lors il ne s'agit plus de se couler dans un moule mais bien de briser les normes établies.

(Suite à venir)

 

Dernière mise à jour: samedi, 06. janvier 2001 09:48:39